Les sept vies du pain / The 7 Lives of Bread: All the Bread in the World (English version)

By Wednesday, February 16, 2011 Permalink 0

by Jean-Philippe de Tonnac

translated and adapted by Jonell Galloway

Click here for French version

All the Bread in the World

Good news: You don’t have to be French to love bread. Indians, Iraqis, Israelis, Egyptians, Peruvians, Greeks, and Germans are also fond of it. The truth is all peoples dwelling on this earth are “bread eaters”, if you accept the formula Homer used in the Odyssey. For Homer, the art of bread-making was the criterion for distinguishing those who were civilized from the others, the savage barbarians. But the Greek bard probably didn’t even know that the American Indians existed. The Indians did not sit around waiting for the arrival of the “civilized” to understand the value of arepa, cassava, tortilla and hallaca.

Continue Reading…

Never miss a post
Name: 
Your email address:*
Please enter all required fields
Correct invalid entries

Les sept vies du pain / The 7 lives of bread : Tous les pains du monde (original French version)

By Wednesday, February 16, 2011 Permalink 0

Dictionnaire Universel du PainLes sept vies du pain / The 7 lives of bread : Tous les pains du monde (original French version)

de Jean-Philippe de Tonnac

Click here for English version

Tous les pains du monde

Vous n’avez pas besoin d’être Français pour apprécier le pain. Les Indiens, les Irakiens, les Juifs, les Egyptiens, les Italiens, les Péruviens, les Grecs, les Allemands en sont friands, autrement dit tous les peuples de « mangeurs de pains », selon la formule qu’utilise Homère dans l’Odyssée pour distinguer ceux qui ont acquis l’art de la panification des autres, sombres barbares. Probablement l’aède grec ignorait-il l’existence des Amérindiens. Ceux-là ne l’ont pourtant pas attendu pour apprécier l’arepa, la cassave, la tortilla, le hallaca.

Mais même les nouveaux venus, peuples récemment convertis à la panification, ne tarissent pas d’éloges à propos des mérites du pain à mie ou à croûte. Car il faut choisir son camp. Sachez, en effet, que la véritable « ligne Maginot » dans le monde de la boulangerie universelle est celle qui sépare les amateurs de « pain à croûte », les Latins, des amateurs de « pain de mie », les Anglo-saxons et que la compétition est très largement en faveur des seconds. Raison pour laquelle, même en France, Mecque du pain à croûte (obtenue grâce à la réaction de Maillard), les consommateurs ont tendance à réclamer un « pain pas trop cuit ». Ce qui irrite par dessus tout notre spécialiste du french bread, l’historien Steven L. Kaplan, bien connu pour ses coups de gueule.

Continue Reading…

Never miss a post
Name: 
Your email address:*
Please enter all required fields
Correct invalid entries

UA-21892701-1